Accueil > Environnement > Enherbement du cimetière : une solution alternative au désherbage

Enherbement du cimetière : une solution alternative au désherbage

Depuis le 1er janvier 2017, les collectivités locales n’ont plus le droit d’employer des produits phytosanitaires pour l’entretien de la plupart des espaces publics. Si les cimetières sont pour l’instant exempts de cette interdiction, ils n’en demeurent pas moins des espaces à repenser pour les mêmes raisons de santé et d’environnement.
Petite précision : à Marly, les services espaces verts et cadre de vie n’ont pas attendu cette échéance pour passer au zéro pesticides puisqu’ils n’utilisent plus de produits toxiques depuis plus de 4 ans dans toute la ville !
Les cimetières requièrent un entretien régulier, synonyme de dignité et de respect des défunts. Ce sont des espaces très minéraux et propices aux mauvaises herbes. Choisir de ne plus utiliser de produits phytosanitaires nécessite de bien réfléchir en amont aux solutions alternatives proposées. Que ce soit pour les allées ou les inter-tombes, les plantes couvre-sol et l’enherbement restent les solutions les plus économiques et durables.
Après des tests concluants sur une parcelle témoin et l’ilot central de l’avenue Albert Schweitzer, la Municipalité a décidé cette année d’enherber le nouveau cimetière.
Côté technique, l’enherbement va être géré en deux phases : la première semence dans le nouveau cimetière a eu lieu en octobre afin que son développement soit optimal dès le printemps prochain. La seconde semence dans l’ancien cimetière est programmé pour l’automne 2019.
Les caractéristiques du gazon est à croissance lente avec une très bonne résistance à la sécheresse et au piétinement. Par ailleurs, avec ce procédé, les allées du cimetière sont plus accessibles aux personnes à mobilité réduite notamment. Auparavant, elles étaient recouvertes de graviers en épaisseur et il était difficile de marcher » expliquent Betty et Sylvain du Service Espaces Verts de la Ville. Avec cette nouvelle technique, la pelouse ne sera tondue que 4 à 6 fois par an selon les conditions climatiques.
Enfin le projet s’intègre dans le développement durable et l’embellissement du cadre de vie que prônent la Municipalité depuis 2008.

Portfolio


Plan du site | Mentions légales | Espace privé | Contact